BIO

AGENCE

PRESSE

> Mars

2016

^

> Fév

2016

^

> Fev

2016

^

> Jan

2016

^

> Dec

2015

^

> Nov

2015

^

> Sept

2015

^

> Aout

2015

^

L’agence Thibaudeau Architecte retenue pour l'extension et la réhabilitation de l'entreprise les Ruchers du Gué. Réhabilitation des laboratoires, showroom et bureaux.

L’agence Thibaudeau Architecte retenue pour la conception des bureaux de l'entreprise la Ferme à Jules à Rochefort.

Réception du projet Maison T de l'agence Thibaudeau Architecte à La Tranche sur Mer.

L’agence Thibaudeau Architecte et CAPO Architectes créé AZERTY Collectif d'architectes afin de répondre aux appels d'offres avec une mise en commun des moyens et références. La Rochelle, Paris, Ajaccio.

L’agence Thibaudeau Architecte vous souhaite une belle année 2016.

L’agence Thibaudeau Architecte retenue afin de concourir pour la construction d'une Salle Multi Activités et Bibliothéque sur la commune de Ceaux en Couhé.

L’agence Thibaudeau Architecte collabore avec la platforme RENCONTREUNARCHI.COM sur différents projets de réhabilitation.

L’agence Thibaudeau Architecte termine 2nd du Concours pour une salle Multi Activité en milieu rural. Merci à la commune de Ceaux en couhé pour nous avoir permis de participer.

06 80 91 58 81 // contact@thibaudeau-architecte.com

biographie

Débute ses études d’architecture à l’Ecole Spéciale d’Architecture de Paris en 2004. Diplômé en 2009 avec les félicitations du jury, Pierre-Arthur Thibaudeau développe rapidement un regard critique, en passant de la théorie à la pratique ; ainsi comme le revendique la pédagogie de l’école spéciale d’architecture, il multiplie les expériences professionnelles au sein de sa formation.

Apres avoir travaillé dans quelques agences en tant que stagiaire, il collabora dans l’agence X-TU pendant 3 années. Celles-ci donnent à son parcours un caractère pluridisciplinaire à forte valeur ajoutée. En effet, au cours de ces trois années, il a été amené à travailler aussi bien sur des concours de musées internationaux qu’à la réalisation d’architecture de boutique.

Cette dichotomie entre méga et micro structure lui confère un atout majeur dans comment appréhender rapidement l’espace qui est proposé.

C’est en 2014 qu’il crée l’agence Thibaudeau Architecte situé entre La Rochelle sa ville natale et Paris sa ville d’épanouissement.

agence

Ce que j’ai appris au cours de mes travaux et conceptions, c’est que chaque lieu, chaque site est singulier et cela requiert une réinterprétation de sa propre architecture. Ainsi, dans mon métier d’architecte je compte mettre en exergue la différence. C’est pour cela que j’ai choisi comme sigle iconique le symbole connu de tous.

Durant mon cursus à l’école spéciale d’architecture, j’ai pu mettre en avant ce coté créatif et non consensuel, qui est quasi institutionnel dans la pédagogie de l’école. Toujours partir d’un site, d’une histoire, de la sociologie du lieu afin d’aboutir à un concept fort qui rendra singulier le bâtiment proposé. Voila qui pourrait être les maîtres mots de “mon architecture”.

Admiratif de la nudité en architecture, j’aime épurer la forme et les détails. Ce souci du détail permet de rationaliser au mieux un espace, un lieu de vie, qui fait de lui un lieu habité à valeur ajoutée.

Soucieux d’être à l’écoute du monde qui m’entoure et de mes interlocuteurs directs, je sais synthétiser le programme du projet et les volontés graphiques, fonctionnels ou stylistiques de ceux ci.

114, avenue Coligny - 17000 La Rochelle

101, rue Saint-Maur - 75011 Paris

presse

réhabilitation d'une maison de vacances en Vendée

Ce projet de réhabilitation de maison de vacance s’adapte à un contexte particulier. En effet, nous n’avions pas la possibilité de créer de surface de plancher en plus sur la parcelle.
Ainsi, nous devions rester dans l’enveloppe de la maison fait d’une structure béton, créer deux chambres et rénover l’ensemble. La cuisine séparée et le salon ne devaient faire plus qu’un à la demande du maître d’ouvrage.
Le but de cette réhabilitation est de faire réapparaitre la structure béton de cette maison années 60. Ainsi, des meubles sur mesure établissent des barrières physiques et visuelles pour différencier les espaces de vie cuisine, salon et salle à manger.
Le garage, après son isolation, vient accueillir la chambre parentale avec sa salle d’eau. Un coin dortoir mezzanine pour les enfants est créé au-dessus des deux chambres existantes.
Le choix de couleurs et de matériaux neutres est favorisé afin de laisser les poutres béton et le carrelage d’origine s’exprimer.

  • maître d’ouvrage : Mme & Mr T
  • maître d’oeuvre : THIBAUDEAU ARCHITECTE
  • superficie : 90 m2
  • coût de l’opération : 100 000 euros HT
  • phase : livré Nov 2015
  • programme : réhabilitation
  • lieu : La Tranche-Sur-Mer 85360

réhabilitation d’un appartement 101 rue Saint-Maur 75011 paris

Pour cette réhabilitation le programme était de favoriser l’espace de réception et donc, de faire de ce petit trois pièces étriqué un deux pièces convivial. L’enveloppe du client étant mince, nous avons optimisé la répartition des coûts selon ses souhaits :
- Laisser le plus brut possible l’espace de réception afin de le faire évoluer dans l’avenir si besoin ;
- Faire une cuisine fonctionnelle dans le minimum d’espace, de même pour la salle de bain.
Le côté “création” sur mesure a été fait dans la chambre afin d’avoir des rangements harmonieux et surtout léger qui n’étouffent pas la pièce. C’est pour cela que je suis parti sur un dressing ouvert et la création d’un meuble d’angle avec une coiffeuse en bois satiné blanc.

  • maître d’ouvrage : Madame C
  • maître d’oeuvre : THIBAUDEAU ARCHITECTE
  • superficie : 49 m2
  • coût de l’opération : 40 000 euros HT
  • phase : livré
  • programme : réhabilitation
  • lieu : 101 rue Saint-Maur 75011 Paris

réhabilitation d'un appartement 36 rue Vieille du Temple

Pour cette réhabilitation le programme était de créer un espace nuit tout en préservant le côté plateau ouvert.
La volonté de décloisonner tout en suggérant les espaces de nuit, de travail ou de partage comme la cuisine et le bar ont été travaillés par des jeux de niveau.
Ainsi, une fois entré et laissé le linéaire de la salle d'eau minimaliste, nous découvrons une estrade qui cache tantôt un canapé, tantôt un lit selon l'usage.
Sur l’estrade un coin bureau est aménagé. Le coin travail agit comme un espace tampon identifiable par le visiteur mais ne cache pas le regard vers les fenêtres donnant sur la rue. Derrière le coin bureau, se cache une kitchenette et un coin bar.
Ainsi, en privilégiant des meubles bas qui n’occultent pas la lumière, l’appartement qui jadis était sombre devient lumineux.
La douce lumière nord-est qui vient des fenêtres sur cour s’oppose a la lumière du sud-ouest des fenêtres sur rue.

  • maître d’ouvrage : Mme & Mr B
  • maître d’oeuvre : THIBAUDEAU ARCHITECTE
  • superficie : 44 m2
  • coût de l’opération : 40 000 euros HT
  • phase : en cours
  • programme : réhabilitation
  • lieu : 36 rue Vieille du Temple 75004 Paris

réhabilitation d'une maison à Versailles

Le programme de cette réhabilitation était le suivant.
Il fallait reconcevoir l’utilisation de chacun des espaces. En effet, le RDC ne servait que de lieu de stockage et de passage pour accéder au premier étage qui était, lui, le lieu de convivialité. Une mezzanine qui était le coin de couchage surplombée la cuisine et la salle à manger.
Dans un premier temps, l’enjeu fut d’apporter de la lumière au RDC qui, très impacté par la proximité des constructions environnantes, ne bénéficiait pas d'apport lumineux.
Ainsi, nous avons annexé la courette et créé un éclairage zénithal qui alimente la salle à manger, le salon et la cuisine en lumière naturelle.
Ainsi, le RDC reçoit les espaces de vie. Au premier étage, se trouve la chambre parentale avec sa salle de bain indépendante.
Le premier étage donne accès au toit terrasse vitré qui laisse la possibilité de déjeuner à l’extérieur.
Au dernier étage, un coin bureau et une chambre d’ami ou d’enfant ont été créés en lieu et place de l’ancienne mezzanine.

  • maître d’ouvrage : Mr L
  • maître d’oeuvre : THIBAUDEAU ARCHITECTE
  • superficie : 90 m2
  • coût de l’opération : 150 000 euros HT
  • phase : étude
  • programme : réhabilitation maison individuelle
  • lieu : Versailles

Construction d'une maison individuelle à Vertou

Le projet est implanté de façon à avoir un impact réduit sur le terrain. En effet, après avoir pris en compte les désirs programmatiques des clients, le but était de limiter au maximum les actions de terrassement. Par conséquent, la maison vue de l’extérieur parait être constituée d’un seul niveau. Hors, grâce au terrain naturel, celle-ci s’encastre dans le mouvement de terrain et délivre des espaces de vie sous une belle double hauteur. Ainsi, à l’étage côté rue, les espaces de nuit sont orientés nord. Dès l’entrée, un grand escalier droit dessert le salon, la salle à manger - cuisine. Un deuxième escalier prend place à l’est qui rejoint directement le garage.
Une grande terrasse plein sud bordant la piscine assure la continuité entre l’intérieur et l’extérieur de la maison.

  • maître d’ouvrage : Mme & Mr N
  • maître d’oeuvre : THIBAUDEAU ARCHITECTE
  • superficie : 220 m2
  • coût de l’opération : 400 000 euros HT
  • phase : étude
  • programme : Maison individuelle
  • lieu : Vertou

35 logements à Lille

La volumétrie reprend les propositions du cahier des prescriptions urbaines. Le volume s’étage en gradin du sud vers le Nord, dégageant des terrasses au soleil.
L’architecture exprime la singularité des logements les uns par rapports aux autres. Certains logements se prolongent en relief sur les façades, formant des loggias, d’autres s’exprimeront en creux par rapport à la rue et sortirons en relief côté jardin. La disposition des avancées est libre et animée.

Cette différenciation des volumes, des logements, rend compte de l’individualité des familles qui l’habitent. L’ensemble donne un effet irisé et changeant aux façades, comme une nacre argentée qui contraste avec la couleur franche et volontaire des loggias.

Côté jardin on trouve une façade très blanche en enduit lisse mat qui valorise l’ombre et le relief marqué des loggias.

Tous les appartements sont traversant. Les séjours eux-mêmes sont traversant, la cuisine et le séjour formant une seule pièce séjour salle à manger.
L’équipement de cuisine est intégré dans une bande servante fermée par des panneaux coulissants. Les toitures sont végétalisées en sédums de différentes espèces formant un effet graphique.

  • maître d’ouvrage : Fonciere Logement/Rabot Dutileuil
  • maître d’oeuvre : X-TU , Chef de Projet P.-A. Thibaudeau
  • superficie : 3 800 m2
  • coût de l’opération : 5 000 000 euros HT
  • phase : PPP phase concours
  • programme : logements
  • lieu : Lille, Nord Pas de Calais

palais de justice de Saint-Malo

C’est un quartier de petites maisons aux toits pentus, d’ambiance domestique et douce. Un quartier de bord de mer, sans très grands édifices, où un grand bâtiment serait ressenti comme une violence faite à la ville.

C’est un site en reconversion regagné sur un passé industriel, un lieu à restaurer, un lieu qui doit être réparé, un lieu qui cherche un apaisement que seule la nature le végétal saura procurer. C’est un palais de justice, le lieu où sera restaurée l’harmonie sociale solennelle, attentive au justiciable, apaisante, en lien avec la nature, comme la justice autrefois sous les arbres. C’est un projet « en croix » glissé au sein d’un « Bois », aux toitures en pentes douces, comme des ailes protectrices Rassemblées autour d’un cœur central qui relie, structure et construit l’ensemble de l’édifice.

Façades et sur toitures sont homogènes et forment une seule enveloppe continue, en inox ou en aluminium laqué argenté posé à joint verticaux, entre des séquences verticales vitrées en verre sérigraphie. Cette sérigraphie en « points blancs » participe à la protection solaire.

On remarque au dessus des salles d’audiences, un traitement particulier de la toiture qui devient alors « sur toiture » pour intégrer harmonieusement les verrières des salles sans laisser paraître de relevé d’étanchéité. Tout semble traité en nu à nu exactement comme la façade. Dans la réalité la surtoiture, dissimule relevés et ouvrages techniques. La surtoiture est intégrée à la toiture (dans un creux). Ainsi elle ne se « lit » pas, elle disparaît et prolonge totalement la couverture en inox ou en alu laqué.
Les atriums, les patios forment des centres autour desquels s’agrègent les espaces d’attente.

  • maître d’ouvrage : APIJ
  • maître d’oeuvre : X-TU, chef de projet P.-A. Thibaudeau
  • superficie : 2 400 m2
  • coût de l’opération : 4 200 000 euros HT
  • phase : concours
  • programme : espace tertiaire, salles d’audiences
  • lieu : Saint Malo, Ille et Vilaine 35 400

palais de justice de Caen

L’implantation du futur Palais de Justice et l’élaboration de son plan masse ont été guidées par le contexte urbain et le développement de la presqu’île. Les volontés du projet sont de poursuivre cette transparence visuelle en adéquation avec le programme, de positionner la justice sur le site et de renforcer la continuité des échanges avec l’environnement et les futurs équipements.

Ainsi la forme géométrique singulière du triangle, symbole de l’équité, s’inscrit avec simplicité dans ce site. Cette écriture contemporaine renvoie aux écritures abstraites des autres bâtiments publics du quartier : la BMVR avec le rythme de ses façades, le CARGO. Le Palais de Justice offre ainsi une façade sculptée qui concrétise avec finesse un lieu de justice moderne et adapté aux besoins actuels.

La subtilité de la forme triangulaire ainsi que la résille tressée claire qui habille le Palais de Justice traduit des éléments du renouveau et de l’innovation de l’architecture contemporaine. Ce geste architectural puissant offre à la ville de Caen l’image d’une capitale régionale moderne et innovante. La résille participe à la conception bioclimatique du Palais de Justice ; elle permet d’optimiser l’apport solaire et offre une excellente qualité de lumière dans les espaces de travail. Elle est constituée d’un assemblage de panneaux alvéolaires en aluminium laqué, réalisé à partir d’articulations pouvant s’adapter aux différentes variations de la tresse.

Elle joue habilement avec les contrastes de teinte variant d’une extrémité à l’autre du bâtiment afin de rappeler le mouvement et le reflet de l’eau. Les lames s’inclinent progressivement offrant un effet d’opacité et de nuance à la résille. Ces variations produisent des façades rythmées et dynamiques qui mettent en scène le Palais de Justice dans une dimension urbaine en le reliant avec son environnement.

  • maître d’ouvrage : APIJ
  • maître d’oeuvre : X-TU , Chef de Projet P.-A. Thibaudeau
  • superficie : 6 800 m2
  • coût de l’opération : 16 000 000 euros HT
  • phase : PPP Etude du projet pendant 1an
  • programme : espace tertiaire, salles d’audiences ... etc ...
  • lieu : Caen Calvados, 14000

sappada hôtel spa

Sappada est remarquable par son paysage sublime et par son village préservé. L’enjeu de ce projet est de créer un équipement structurant fort qui s’intègre harmonieusement dans les lignes du paysage, sans le dénaturer et en le « sublimant » si possible…
Le deuxième enjeu est de limiter l’urbanisation du village, l’empêcher de conquérir davantage les pentes et restituer le paysage à la montagne.

On vient à Sappada pour vivre un rêve d’immersion dans un paysage sauvage, des pentes vierges, des montagnes inviolées. Le projet s’inscrit dans les lignes du paysage. Il se développe en long, à l’échelle du grand paysage, il va, suivant les courbes de niveau, les remodelant. Il s’approprie les lignes du paysage, la courbe de la rivière, le déhanchement de la vallée. Il s’appuie sur des plis du terrain, s’ancre au bord du ruisseau, prolonge les talus. Il se continue dans les champs et les prairies. Il émane des inclinaisons, des courbes et des pentes du lieu. L’été les prairies herbeuses couvriront ses toits. L’hiver, il fera corps avec les champs neigeux. C’est presque du Land art. Son échelle est longue et fine, pour mieux se glisser dans le paysage.

C’est un pont habité, « Des lignes qui glissent », des courbes et contrecourbes, des pentes fluides : c’est une esthétique inspirée par le mouvement des « sports de glisse ».
Ainsi ce bâtiment-pont se situe à la croisée des flux : c’est un repère, un lieu de rendez vous et on peut aller à ski ou à pied jusqu’aux terrasses de l’hôtel.

  • maître d’ouvrage : Commune de Sappada
  • maître d’oeuvre : X-TU , Chef de Projet P.-A. Thibaudeau
  • superficie : 8 000 m2 Hôtel + 4 000 m2 Infrastructures Sportives
  • coût de l’opération : 32 000 000 euros HT
  • phase : concours 2011
  • programme : hôtel, spa, infrastructures sportives
  • lieu : Sappada, Italie

agence Xtu

Ce projet est une réhabilitation. Avant notre intervention, nous sommes dans un lot de bureaux encloisonnés, répondant au cahier des charges de l’époque de construction du bâtiment, à savoir les années 70. Dans un premier temps nous avons voulu concevoir un espace libre où les connections, l’intéractivité entre architectes collaborateurs serait des plus aisés.

Pour cela, nous avons donc mis à nu le plateau. Nous avons retiré tous les faux plafonds existants nettoyé les murs et laissé place au béton brut.

Dans ce plateau à l’état brut, nous avons conçu de grands plateaux en OSB vernis qui font office de poste de tavail.

La salle de réunion et la salle impression / serveur ont été separées par des rideaux en pvc utilisés d’ordinaire dans l’insdutrie frigorifique.

Cela confère une situation visuelle des lieux mais permet toujours les jeux de lumières dans l’agence.

  • maître d’ouvrage : SCI Paradis
  • maître d’oeuvre : X-TU , Chef de Projet P.-A. Thibaudeau
  • superficie : 250 m2
  • coût de l’opération : 200 000 euros HT
  • phase : réalisé
  • programme : espace tertiaire
  • lieu : Rue Paradis, Paris 75010

Construction de 54 logements et locaux comerciaux à Colombes

Dans un éco quartier exemplaire, nous nous devions de laisser une grande place à la lumière. Ainsi, en divisant le bâtiment en trois plots, la lumière et les rayons du soleil éclaireront les appartements et la rue Pierre Expert. La disposition des plots offre de multiples orientations aux logements augmentant la valeur d’usage et favorise la ventilation naturelle.
Le premier plot se raccorde à l’équipement culturel existant. Pour alléger la masse et la dynamiser, nous avons proposé des hauteurs différentes aux trois plots. Donnant ainsi du dynamisme à cette séquence urbaine.
Les plots sont reliés par des terrasses ponts qui profitent d’un très bon ensoleillement.

La silhouette est affinée par un travail sur des décrochements en parties basses dans les angles pour adoucir les articulations et en parties hautes notamment du côté sud ou ces décrochements proposent des terrasses baignées de soleil.

Toutes ces façades sud sont traitées avec des loggias appropriables notamment en demi-saisons, et elles sont protégées par des parois de verres coulissantes et de transparences et de translucidités variables [sérigraphies]. La faible largeur des modules permet un entretien aisé.

Toujours dans un souci d’urbanité, nous proposons des matériaux légèrement réfléchissant et colorés : enduit sur isolant de couleur jaune vif dans les failles pour réchauffer la lumière, aluminium anodisé sur les parois d’angles et sur la façade nord pour permettre aux façades d’être ‘vivantes’ malgré le manque de rayons solaires.

Concernant l’aménagement des 53 logements, nous avons privilégié systématiquement le positionnement des séjours en angle. Cette disposition permet d’augmenter les perspectives, et la sensation d’espace, permet de profiter de lumière et d’ensoleillement maximum et enfin de ventiler au mieux les logements.

  • maître d’ouvrage : Interconstruction
  • maître d’oeuvre : X-TU , Chef de Projet P.-A. Thibaudeau
  • superficie : 5200 m2
  • coût de l’opération : 6 900 000 euros HT
  • phase : en chantier
  • programme : logements et locaux commerciaux
  • lieu : Zac de la marine, Colombe 92700

Concours pour l'office de tourisme du pays de Fontenay-le-Comte

Afin de promouvoir la richesse des opportunités touristiques du Sud Vendée, la Communauté de Communes du Pays de Fontenay-le-Comte organise la réalisation d’un nouvel office de tourisme à Fontenay-le-Comte, ville d’arts et d’histoire, dynamique et en mutation par des projets urbains qui renouvellent la ville. L’office du tourisme s'inscrit dans cette dialectique en proposant une architecture résolument contemporaine, mais issue du contexte : ancrée dans l’identité du territoire et tournée vers l’avenir, à l’image de l'offre touristique de la région.

L’office est conçue comme une halle d’accueil et d’échanges pour tous, au dessin original et harmonieux, axée dans le paysage urbain et s'ouvrant en vitrine vers la ville. Il s’agit d’un édifice de plain-pied, dont les parois polies blanches semblent émerger du sol de la place pour former un espace accueillant. Sculptural, l'édifice est composé de grands plis tendus dans le paysage horizontal de la place en lien avec la végétation existante. De larges entailles séquencent cette forme homogène et ouvrent des cadrages choisis en dialogue avec le secteur sauvegardé.

L'aménagement intérieur perçu dès l'extérieur exprime la doublure de cette coque architectonique de béton blanc. L'ambiance est chaleureuse par l'emploi de matériaux naturels et pérennes comme le bois. L'aménagement et la scénographie s’inspirent de l’identité du territoire Sud Vendéen et composent harmonieusement avec la charte graphique de l’office du tourisme du Pays de Fontenay-le-Comte pour en faire un lieu référent en matière d’accueil, de conseil et de promotion du tourisme en Sud Vendée. Les bureaux et espaces non accessibles au public respectent les surfaces du programme. Ils sont traités avec le même égard, au calme, sur le panorama en plans successifs du boulevard du Chail, protégés du tumulte urbain, par les espaces de stockage.

La forme architecturale répond à une structure simple avec une mise en œuvre de type filière sèche béton et bois, assurant une réponse efficace aux critères parasismiques et une maîtrise des coûts, des délais, des finitions et de l’entretien, via les filières locales de Poitou-Charentes et du Pays de la Loire et la proximité des ressources.

  • maître d’ouvrage : Communauté de Communes du Pays de Fontenay-le-Comte
  • maître d’oeuvre : Thibaudeau Architecte & Agence d’Architecture Guiraud-Manenc
  • superficie : 300 m2
  • coût de l’opération : 800 000 euros HT
  • phase : concours (deuxième place)
  • programme : espace tertiaire, équipement public
  • lieu : Place de Verdun, Fontenay-le-Comte, 85206

New-York délire 2409

Pendant six mois, nous avons lu et analysé les rapports des différents groupes d’études sur le comportement du climat (OCDE, GIEC, etc...). En tenant compte de différents points démographiques, économiques, hydrologiques et en se basant sur les dégâts provoqués par un scénario catastrophe 10 fois plus violent que l’ouragan Katryna nous avions choisi de nous établir à New York.

Dès lors, nous avons cherché des êtres vivants qui évoluent et vivent dans ce genre de milieu dit « hostile » pour voir leur principe de fonctionnement et s’en inspirer. Nous avons trouvé le BIOFILM. C’est une bactérie qui évolue au fil du temps, et qui crée un système de propagation de hiérarchisation cellulaire qui la protège en son cœur (centre). Ainsi, notre projet commence en 2100 (environ 1,20 m d’augmentation du niveau de l’eau à New York) puis il évolue tout comme évolue le biofilm afin de garantir la pérennité de New-York.

Notre projet s’établit comme une réponse évolutive pour que la stature de New York dans le monde perdure. Nous avons donc réinterprété l’architecture de la bactérie de manière structurelle et architecturale. Puis, nous avons fait des simulations de celle-ci dans les rues de Manhattan au fur et à mesure que l’eau progressait et envahissait le cœur de la ville. Notre parti pris était de vivre avec l’eau et non de la combattre.

En 2409, Manhattan compterait près de 30 millions d’habitants. Ce qui suppose plus de logements, une densification des réseaux, une interactivité entre l’ancien et le nouveau...

Ainsi, la structure proliférant dans les rues serait principalement utile au bon fonctionnement des étages d’immeubles non submergés. La structure flottante serait, dans un premier temps, un simple espace de circulation reprenant le plan de circulation de Manhattan puis, dans un deuxième temps elle se verrait être une structure habitable. Les espaces peu enclins à recevoir de la lumière (partie immergée) abriteront tout ce qui est voie de circulation infrastructure sportive et culturelle etc...

Lorsqu’un espace de la ville est totalement submergé la structure se dilate et s’établie dans l’espace libre découvert. L’émergence de tour progresse au cœur de ces espaces, d’années en années, telle une jeune pousse d’arbre.
Cela confère un aspect au quartier de Manhattan d’un quartier en perpétuelle évolution et dynamisme à l’instar de ce qu’a pu être New York c’est 100 dernières années.

Pont habité

Ce projet fut réalisé dans le cadre d’un séminaire technique. Le programme était le suivant : repenser la liaison entre rive gauche rive droite au abord de la Bibliothèque national de France.

L’intention première était de crée un véritable ouvrage d’art assez monumentale. La structure de base reprend le design des ponts a deux niveaux que l’on peut voir aux Etats unis. Les fonctionnalités du pont ce voit divisé en plusieurs strates. Le niveau zéro permet le franchissement de la seine pour les véhicules motorisé, cyclistes et piétons. Le niveau un est un parking qui permet d’accueillir les véhicules des habitants qui vivent sur le pont.

Enfin le niveau trois accueille une nouvelle rue urbaine sur laquelle les commerces de proximité s’installe. Au dessus de ceux ci il y a une mixité entre bureaux et logement. Afin de protégé des vis à vis les façades sur la nouvelle rue urbaine sont en partie végétalisées.

Ainsi l’été celle-ci permettra de s’autorégulé et l’hiver les feuilles non persistantes permettront de faire passer la lumière.

  • maître d’ouvrage : Ville de Paris
  • coût de l’opération : 32 000 000 euros HT
  • phase : Concours idées
  • lieu : Entre Paris 12eme et Paris 13eme

All images © 2003-2014 X-TU Architects & Pierre-Arthur Thibaudeau, designed by David Steinboim